Skip to main content

Semur-en-Auxois Hospital Center : a simulation day to improve the management of acute stroke in the GHT 21-52

France

Le mardi 3 juillet 2018, le Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois accueille une journée de simulation « Urgences AVC » destinée à optimiser les soins relatifs à la prise en charge de l’Accident Vasculaire Cérébral. Des professionnels de santé venant de l’ensemble des établissements du GHT 21-52 sont d’ores et déjà inscrits à cette journée de formation. Organisé dans le cadre du projet international ANGELS, cet événement a pour ambition d’harmoniser les protocoles de prise en charge des patients atteints d’AVC.

Accident Vasculaire Cérébral : quelques données

Un accident vasculaire cérébral, aussi appelé “AVC”, est une lésion du tissu cérébral causée par une interruption de la circulation sanguine vers le cerveau qui n’est alors plus alimenté en oxygène. Un accident vasculaire est dit « ischémique » lorsqu’il résulte de l’obturation d’un vaisseau cérébral par un caillot provenant de la circulation périphérique. L’AVC peut également être causé par un saignement intracérébral après la rupture d’un vaisseau san-guin : il est alors dit « hémorragique ». Le diagnostic est évoqué devant des symptômes neurologiques d’apparition soudaine (paralysie, perte visuelle, difficulté à s’exprimer…). Des examens complémentaires (Scanner, IRM) peuvent aider le médecin à poser un dia-gnostic et à distinguer un accident ischémique d'un accident hémorragique. Les conséquences de l’AVC dépendent de la partie du cerveau touchée et de la gravité de l’atteinte. Un AVC est une urgence médicale qui nécessite un traitement immédiat : la rapidité d'intervention est donc primordiale. Le premier objectif est de minimiser les dommages au cerveau en rétablissant la circulation sanguine en cas d’accident ischémique ou en réduisant l’épanchement de sang en cas d’accident hémorragique. Avec environ 140 000 victimes dont 40 000 décès et 30 000 personnes handicapées par an, l’AVC est devenu une priorité de santé en France. Au sein du GHT 21-52, on en recense chaque année environ 1550.

La prise en charge de l’AVC au sein du GHT 21-52

La prise en charge des patients victimes d'AVC fait partie des 10 priorités identifiées au sein du projet médical partagé du GHT 21-52. Sous l'impulsion du Professeur Giroud (CHU Dijon Bourgogne) et grace à l'implication des médecins urgentistes du GHT, l'ensemble du territoire est aujourd'hui couvert par le dispositif de télé AVC. Tout patient pris en charge par un médecin urgentiste du GHT et présentant les signes évocateurs d'AVC bénéficie ainsi du meme protocole de soins et de l'avis d'un neurologue 24h/24, quel que soit l'hopital dans lequel il est admis. La prise en charge se déroule en trois temps: une téléconsultation, une télé-expertise radiologique et une télé-assistance à la thrombolyse. 

L’initiative Angels

Au-delà de l’organisation propre au Groupement Hospitalier de Territoire, l'initiative Angels est un programme visant à créer un réseau de 1500 hôpitaux en Europe, prêts à accueillir des patients atteints d’AVC et travaillant chaque jour à l'amélioration de la qualité de la prise en charge. Ce projet est porté par l'ESO (European Stroke Organisation) et implique actuel-lement 60 pays, plus de 900 établissements en Europe et une dizaine d’établissement en Bourgogne-Franche-Comté. Rencontres, conférences, ateliers, simulations virtuelles et masterclasses sont autant d'outils permettant aux professionnels de construire une offre de soins cohérente en maintenant des normes élevées de prises en charge et en harmonisant les pratiques.

Le centre de formation par simulation du CH de Semur-en-Auxois

Au sein du Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois, la simulation a été́ utilisée dès 2012 dans le cadre de la formation continue des professionnels. Un partenariat a par la suite été́ conclu avec l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) de Haute Côte-d’Or pour que la simulation soit utilisée dans le cadre de la formation initiale des étudiants. Au total, près de 700 étudiants infirmiers et 500 professionnels de santé́ de l’établissement ont pu bénéficier des séances proposées par le centre de simulation du Centre Hospitalier de Semur-en-Auxois.

Si la simulation est répandue dans les domaines à risques tels que l’aéronautique ou le nucléaire, l’utilisation de cette pratique dans le domaine de la santé est assez récente. Méthode pédagogique à part entière, la simulation se développe de plus en plus dans le cadre de la formation initiale et continue des professionnels de santé́. Elle consiste à utiliser un matériel (mannequin piloté par ordinateur), de la réalité́ virtuelle ou un acteur jouant le rôle d’un patient (aussi appelé patient standardisé) pour reproduire des environnements de soins et des situations les plus réalistes possible, dans le but d’enseigner des procédures diagnostiques et thérapeutiques. La simulation en santé est basée sur l’apprentissage par l’expérience et de nombreuses publications scientifiques démontrent l’intérêt de cette méthode ainsi que sa complémentarité́ avec l’enseignement traditionnel. La simulation permet d’étudier les comportements individuels et collectifs, les réactions et les décisions des professionnels de santé́ pour améliorer les pratiques et les prises en charge.